Propriété à vendre sur Gili Meno (Indonésie)

David Hasselhoff (« Alerte à Malibu », « K2000 », etc…idole aux USA surnommée « The Hoff ») dit qu « il a trouvé là son paradis » . C’est un voisin. Gili Meno est si « grand »
que nous sommes tous voisins, mais avec nos aises.

Gili Meno, à un peu plus de 2h de speed-boat de Bali (et 2h45 de l’aéroport international), est un ilôt qu’on traverse à pied en une heure, où tous engins à moteurs sont interdits, et qui se trouve dans une zone marine protégée où tous engins à moteurs sont interdits aussi (sauf les navettes), parce que c’est une aire de reproduction de tortues et de raies mantas.

C’est une des trois Gilis, joyau d’Indonésie réputé dans tout le pays et à Singapour, en Corée, au Japon, en Australie. Quand on y vient, on y revient. C’est dans le top 5 des spots à connaître en Indonésie, à la croissance touristique constante (hors-Covid), principalement à la journée ou quelques jours, mais de plus en plus à la semaine et plus.

J’y possède et y vend une propriété de 2370m2 avec une double-villa une chambre, avec piscines, qui peut être vendue en entier, ou en deux parties: un terrain de 1000m2 et un de 1370m2 avec la villa. Ca se situe à 6mn à pied (3 en vélo) de la plage, qui est quasi-déserte la moitié de l’année.
Température de l’air de 23 à 30°C, de l’eau de 22 à 27°C.
Hors zone cyclonique. Eau limpide, pas (ou très peu) de moustiques ni de mouches.

Je suis voisin d’Ottalia Villas, qui est classé #1 des resorts des Gilis, possède la plus grande piscine, un très bon restaurant-bar et tout ce qu’il faut pour se relaxer.

Le terrain est assez grand pour y construire une trentaine de bungalows, ou des tentes de glamping ou y faire un practice de golf, ou un mini-golf, ou (pourquoi pas?) du maraîchage.
Liberté totale d’entreprise, du moment que çà ne dépasse pas R + 1.

Prix de vente du contrat de location (100 ans):

– 1370 m2 avec la villa: 170 000€
– 1000 m2 vierges: 70 000€
L’ensemble: 230 000€

Note: en Asie, un étranger ne peut pas acheter la terre (sauf à travers une société), mais peut la louer longue-durée, la sous-louer, revendre le contrat, en entier ou en lots, et renouveler son contrat (s’il l’a convenu avec le propriétaire). Mon propriétaire est un agent agréé qui est aussi propriétaire d’une quinzaine d’autres (avec hôtles, restaurants, resorts construits dessus), très connu de tous depuis presque 20 ans, et ne peut effectuer aucune transaction, puisque je conserve les titres de propriétés + le contrat de location.

Contact:  bellec1957@gmail.com

(Nota Bene après les images)

Dans la location pour 100 ans, Un bail de 4 fois 25 ans (avec acte notarié enregistré, validé) d’un terrain de 1000 à 1300 m2 à Gili Meno, petit paradis terrestre, Avant le Covid, Gili Trawangan, l’ilôt voisin premier exploité touristiquement, voyait passer plus de mille touristes par jour de juin à septembre, tous les resorts, tous les lits, des trois iles Gilis, étaient pris. Il a même fallu quelques fois faire appel aux quelques familles d’indigènes pour coucher des touristes ayant raté la dernière navette vers Bali. Jetez un œil sur Google images, aux Gilis (Trawangan, Air, Meno), vous comprendrez pourquoi elles sont au Top 5 des destinations à découvrir dans les spots publicitaires du ministère du tourisme indonésien, et ce ne sont pas les merveilles à voir en Indonésie qui manquent!

L’attrait des Gilis réside dans la beauté de la région, dans le calme global, et quand même de la vie nocturne à Trawangan. Qui est par contre vraiment trop envahie en été.

Gili Meno est la dernière des trois iles à être exploitée. Les chefs coutumiers on eu l’intelligence d’interdire les parcelles de moins d’un ha, en bord de mer, pour ne pas reproduire la ribambelle de bouis-bouis et boutiques qui a pas mal « pourri » Gili Trawangan et Gili Air.

A Gili Meno, le bord de mer est exclusivement une succession de beaux resorts, et donc la clientèle est plus mûre, plus aisée, que celle des deux autres.
Quand j’ai acheté ce terrain, en 2014, son prix doublait tous les trois ans depuis neuf ans. C’est pour çà que mon vieil ami Stéphane, vivant depuis 88 à Bali et depuis 2005 aux Gilis (il a monté son 1er resort sur Trawangan), m’a recommandé de l’acheter.

Et puis un tremblement de terre (qui a laissé ma villa 100% intacte) et puis Covid, et plus de tourisme depuis mai 2019.

Mais l’Indonésie, Bali, réouvrent le 1er juillet prochain (2021), les singapouriens, chinois, coréens, japonais, indonésiens de Java et d’ailleurs, et les australiens, british, vont revenir rapidement, et le prix des terrains reprendre leur ascension. Pendant la crise, personne n’a abaissé son prix. Les indonésiens sont ainsi: ils préfèrent même garder un local commercial très bien placé fermé plutôt que de baisser le loyer. Alors un terrain ou une villa aux Gilis, n’y pensons pas. Il vaut mieux attendre, la situation s’arrangera toujours quoi qu’il arrive ailleurs, et les prix être acceptés puis grimperont. Toujours. Celui qui aurait acheté bien placé en 2000 le revendra jusqu’à dix fois plus en 2020. Et de plus, un ilôt est inextensible: quand tout aura été loué ou vendu, ce qui sera fait avant 2025, les prix grimperont encore plus.

Je souhaite louer longue-durée (si c’est à un étranger. Vendre si c’est un local) une partie de mon terrain: 1000m2 pour 65,000€. Ca suffit pour y construire un resort ou autre chose (mini-golf? mini-village artisanat?). Construire ne coûte pas cher. Ou plus de terrain, je suis ouvert.

Je garderai ma villa. Elle sera louée 160€ la nuitée mini (120 dans ma poche net, sans m’occuper de rien) en haute saison (80 jours en été + 20 jours fin d’année) et en moyenne 100€ la nuit le restant de l’année. Je pourrais y vivre en basse saison, comme ont fait d’innombrables étrangers à Bali durant trente ans, mais qui n’est plus possible depuis l’explosion de constructions d’hôtels à Bali (investissements d’indonésiens de Jakarta, en général).
Ma villa trouvera toujours des clients en haute saison: l’ilôt est limité en couchages.

La villa est construite solidement, les frais éventuels futurs dessus sont négligeables, et il n’y a quasi-pas d’impôts. Taxe foncière annuelle pour mes 2370m2: 25€. (si si!..) Il n’y a pas de cuisine, parce que pour des clients à la nuit ou de quelques jours, c’est inutile, ils prennent leur petit-déjeuner chez Villa Ottalia, et déjeunent et dînent où ils veulent, ce n’est pas le choix qui manque. Construire une cuisine ne coûterait pas cher. Mais quand on peut manger bon pour un €…çà rend flemmard…

Je pense que c’est évidemment un investissement exceptionnel, que ce soit par sa sûreté que par son rendement à court-moyen terme déjà.
Sa sûreté, parce que l’Indonésie est un état de Droit, où à ma connaissance, depuis sa création (1949), il n’y a jamais eu de spoliation de biens d’étrangers.
Son rendement parce que doubler tous les trois (maxi cinq si pas de chance) ans en ne payant quasi-pas de taxes est exceptionnel.Et revendre quand on veut.

A un acheteur qui pourra bénéficier d’encore 25, 50, 75 ou 100 ans. Tout se négocie, en Asie.
D’autant plus si on compare à un investissement en Europe avec la crise qui l’enfonce durablement, pendant que l’Asie a redémarré.
Et les îles Gilis sont déjà connues en Asie comme étant un « St Tropez indonésien ». S’il n’y avait que les indonésiens pour y venir, tous les lits seraient pris, dans trois ans.

Un coup d’œil sur les navigateurs et réseaux sociaux à « Gili island » et « Iles Gilis » suffit à en être convaincu.